Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Bis repetita hier soir dans un Superdome de Jeddah (Arabie Saoudite) qui ne nous aura pas fait oublier l’ambiance survoltée des salles et stades britanniques.

Sublime, Oleksander Usyk (20-0, 13 KO) a confirmé le résultat du premier combat, certes avec plus de difficulté mais avec la manière toujours, souvent virtuose. En face, Anthony Joshua (24-3, 22 KO) en progrès sous la houlette de Robert Garcia n’aura une nouvelle fois pas à rougir de la défaite même si son manque d’agressivité nous laisse toujours quelques regrets compte tenu de sa puissance de frappe. Mais à trente-deux printemps, le natif de Watford ne changera pas radicalement sa nature.

A l’exception du neuvième round au cours duquel il secoua un peu son adversaire, Joshua n’aura jamais réellement pu mettre en défaut le jeu défensif impeccable de l’Ukrainien. Il y avait toujours un subtil mouvement de tête, un coude ou une épaule quand ce n’était pas la distance millimétrée pour mettre en échec les tentatives du Britannique.

Si l’on devait retenir un round du combat, le dixième : Usyk fit pleuvoir ses coups sous tous les angles en réponse à cette difficile neuvième reprise, seulement freiné un temps par une puissante droite.

Après la cloche finale, il ne faisait aucun doute pour quiconque regardant d’un œil averti que la superstar ukrainienne avait fait plus que le nécessaire pour conserver ses titres.

On tremblait lorsque Michael Buffer annonçait une carte de 115-113 en faveur de Joshua signée par le juge Glenn Feldmann mais fort heureusement ses deux acolytes Victor Fesechko et Steve Gray rendaient justice à Usyk avec des scores de 116-112 et 115-113.

Un seul combat désormais capable de transcender ce fantastique champion : un choc face à Tyson Fury, même si ce dernier vient d’annoncer sa retraite.

Dans un registre moins élégant, on peut saluer la performance des poids lourds Flip Hrgovic (15-0, 12 KO) et Zhilei Zhang (24-1-1, 19 KO) au cours du combat précédent.

Rapidement dans leurs derniers retranchements, les deux hommes se sont durement éprouvés tout au long du combat, chacun renversant plusieurs fois la vapeur lorsque la situation semblait mal embarquée. Les coups les plus nets furent cependant à mettre au crédit du Chinois, auteur d’un knock-down dans la première reprise.

Les juges décidèrent néanmoins de récompenser le Croate avec une décision unanime (deux 115-112 et 114-113).  Avec cette victoire à l’arrachée, Hrgovic va désormais pouvoir prétendre à combattre pour le titre IBF.

Particulièrement attendu par les aficionados tricolores,  le combat éliminatoire WBC entre notre représentant Mathieu Bauderlique (21-2, 12 KO) et Callum Smith (29-1, 21 KO) tourna court.

Le Français fut à créditer d’un bon début de combat, trouvant durement la cible et faisant étalage de sa classe de fausse-garde. Mais sans doute mis en confiance par la défense poreuse de son adversaire, Bauderlique accepta les échanges de près et se fit cueillir par deux fois dans la quatrième reprise, la deuxième pour le compte.

Transparent au cours de ses dernières sorties en super-moyens, la montée en mi-lourds semble avoir réussi à Callum Smith (qui semble toujours énorme pour la catégorie). Le Britannique rêve désormais d’affronter l’ogre Artur Beterbiev.

Autre boxeur notable présent au programme, le Suédois Badou Jack (27-3-3, 16 KO) aura souffert pour s’imposer face à l’Américain Richard Rivera (21-1, 16 KO). Désireux de s’imposer chez les lourds-légers, l’ancien champion WBC des super-moyens semble désormais trop lent pour réellement inquiéter les cadors de la catégorie, en témoigne cette poussive décision partagée obtenu face à un adversaire certes plus jeune mais sans aucune référence au plus haut niveau.

 

 

 

Laisser un commentaire