Pour Prestot, les dés sont jetés !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

C’est sur le Rubicon où Jules César prononça le célèbre « Alea Jacta Est »* qu’Anderson Prestot alias Ladoune va jouer sa carrière à quitte ou double dans la revanche face au vétéran italien Matteo Signani. Le combat est prévu le 18/11 à 23h à Savignano sul Rubicone, à ce jour aucune TV française n’a prévu de retransmettre l’évènement.

Comment s’est passée votre préparation ?

Très bien ! J’ai commencé à faire une grosse préparation physique à Noisy le Grand avec mon entraîneur Joseph Germain. Puis nous sommes partis à Londres pour trouver de l’opposition. Au départ, j’étais dans la même salle que les boxeurs qui seront au programme le lendemain de mon combat au Cannet (ndlr : Arsen Goulamirian, Milan Prat, « Samprace » Toutin), mais seul Milan est à peu près au même poids que moi. Du coup, je manquais d’opposition et nous sommes partis pour une salle à 40km de Londres.

Vous y avez trouvé de bons partenaires d’entrainement ?

Oui. Excellents. J’ai pu travailler avec une opposition de qualité. D’ailleurs, il y avait des sparrings disponibles dans toutes les catégories et ça n’arrêtait pas de 10h du matin à 15h30 !

Comment voyez-vous la revanche contre Signani ?

Pas très différente du premier combat.

Vous commencez à bien vous connaitre ?

Oui, d’autant que j’étais venu faire du sparring avec lui à Rimini il y a quelques années.

Ce sera une première pour vous à l’étranger ?

En pro, oui. En amateur, j’avais boxé en Allemagne et en Angleterre.

Quelles sont les différences entre votre ancien entraineur Jacky Trompesauce et Joseph Germain ?

Il y en a peu. Si j’ai changé, c’est surtout pour retrouver une envie. Je l’ai dit à Jacky et il n’y a pas de problème avec lui. Si je devais souligner une différence, je dirais que Joseph Germain s’attache peut-être plus à la technique.

Est-ce que des gens vont venir vous supporter de France ?

Oui, une trentaine de membres de ma famille et des amis dont Kaway Toutin et sa famille. Si tout va bien, le lendemain, je leur rendrai la politesse en allant au Cannet pour soutenir son frère Samprace.

Que se passera-t-il en cas de victoire ?

Je devrai affronter l’Anglais Felix Cash qui est le prochain challenger. Comme ce dernier est classé mondialement (ndlr : n°9 IBF et n°4 WBO), l’idéal serait de coupler le championnat d’Europe avec une demi-finale mondiale. Mais nous n’en sommes pas encore là !

Et si vous perdez ?

J’arrête !

 

* « Les dés sont jetés », en latin

 

Propos recueillis par Paul Gibersztajn

 

Laisser un commentaire