Ramirez expédie Barrera en quatre rounds !

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Pour son troisième combat chez les mi-lourds depuis l’abandon de son titre WBO des super-moyens, le Mexicain Gilberto Ramirez (42-0, 28 KO) affrontait le Cubain Sullivan Barrera (22-4, 14 KO) la nuit dernière à Los Angeles (Californie, USA). Alors qu’il avait dû très sérieusement s’employer lors de sa dernière sortie pour venir à bout de son compatriote Alfonso Lopez, Ramirez n’a eu cette fois-ci aucun problème pour se défaire du vétéran cubain, qui faisait bel et bien son âge (39 ans) sur le ring.

Barrera plia une première fois d’un maître gauche au corps au troisième round, le même coup l’expédiant au tapis la reprise suivante avant qu’il ne cède une troisième et dernière fois quelques secondes plus tard, entraînant l’arrêt du combat.

Après cette victoire convaincante, « Zurdo » Ramirez souhaiterait désormais affronter le Russe Dmitry Bivol, une affiche qui ferait sens dans la catégorie.

L’autre combat principal de cette belle réunion organisé par Golden Boy Promotion mettait aux prises l’Américain JoJo Diaz avec le Dominicain Javier Fortuna. Pour son premier combat officiel chez les légers (il avait largement échoué à faire la limite des super-plumes lors de son précédent combat), Diaz ne faisait donc pas dans la facilité face à « El Abejon » Fortuna, boxeur rugueux s’il en est et disposant d’un puissant bras arrière gauche.

Après deux premiers rounds équilibrés au cours desquels les deux hommes boxèrent patiemment derrière leurs jabs, les choses s’animèrent au troisième. Alors qu’il tentait de s’accrocher, Diaz encaissa un coup de tête qui causa une entaille au dessus de l’œil gauche, soit au même endroit que la terrible coupure qu’il avait subi contre Farmer. Les choses se compliquèrent encore pour l’Américain lors de la reprise suivante, l’arbitre le pénalisant d’un point pour un coup derrière la tête. Fortuna se montrait alors de plus en plus agressif et empochait la cinquième reprise sans discussion.  Loin d’être définitivement perdue, l’affaire semblait tout de même mal embarquée pour l’ancien champion IBF des super-plumes.

Mais sans jamais paniquer, et bien aidé par le travail de son cutman, Diaz parvint à prendre progressivement l’ascendant en deuxième partie de combat, sapant la résistance de son adversaire qui paru même légèrement touché à la fin de la dixième reprise alors que les deux gauchers échangeaient furieusement. Fortuna tenta de renverser la vapeur lors des deux dernière reprises mais Diaz ne s’en laissa pas compter et c’est sans surprise que la décision des juges fut déclarée unanime en sa faveur. Ainsi avec des cartes de 117-110, 116-111 et 115-112, le Californien s’emparait du titre WBC interim des poids légers, laissé vacant par Ryan Garcia. Ce dernier fait désormais partie avec Devin Haney des noms que souhaite accrocher Diaz à son palmarès.

Autre duel intéressant, celui qui opposait les deux jeunes poids légers invaincus William Zepeda (23-0, 21 KO) et Hector Tanajara (19-1, 5 KO). Le suspense fut de courte durée tant la domination de Zepeda s’accentua rapidement au fil des rounds, le Mexicain rouant son adversaire de combinaisons corps face. Tanajara tentait courageusement de répliquer, mais pour un coup donné il en recevait cinq. C’est donc avec soulagement qu’on accueillait la décision de l’ l’illustre entraîneur Robert Garcia d’arrêter l’Américain après six rounds.

Laisser un commentaire