Navarrete domine un grand Gonzalez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Surclassé il y a deux ans par Shakur Stevenson pour le titre WBO des poids plumes,  l’Américain Joet Gonzalez (24-2, 14 KO) avait une nouvelle opportunité de conquérir cette ceinture la nuit dernière dans la Pechanga Arena de San Diego (Californie, USA). Mais l’équation était bien différente puisque c’était le Mexicain Emmanuel Navarrete (35-1, 29 KO) qui se dressait face à lui pour défendre son titre une deuxième fois.

Et comme pour son précédent combat qui l’avait vu venir à bout de Christopher Diaz au terme de douze rounds épiques bien que largement dominés, Navarrete dut s’employer pour tenter de tenir en respect un challenger à la détermination absolument hors du commun. En effet, bien que très sévèrement touché à l’œil droit dès les premier rounds, Gonzalez n’eut de cesse d’enclencher la marche avant malgré les terribles séries que lui infligeaient son ô combien redoutable adversaire.

Parfois bousculé sans être réellement inquiété, « Vaquero » fit le nécessaire pour empocher la grande majorité des dix premières reprises, la plupart de façon indiscutable, mais concéda la onzième, preuve de l’engagement permanent de son challenger. Le champion s’adjugea le douzième round en patron mais il était difficile de ne pas être avant tout admiratif devant le courage de Gonzalez. L’Américain aura à coup sûr gagné le respect si ce n’est le cœur de tous les spectateurs de ce terrible affrontement. Navarrete confirme si besoin en était qu’il est un de boxeurs les plus dangereux de la planète, et conserve fort logiquement son titre par décision unanime (118-110 et deux fois 116-112)..

 

En combat d’encadrement, on eut également droit à une belle bataille entre les poids welters gauchers Giovanni Santillan (25-0, 15 KO) et Angel Ruiz (17-2, 12 KO). Les dix rounds furent très engagés mais nettement dominés par l’Américain Santillan à partit la troisième reprise, d’autant plus que Ruiz fut handicapé par une blessure à la main gauche dès la mi-combat. Là encore le Mexicain fit preuve d’un courage hors norme pour entendre la cloche finale, tentant sans succès d’arracher une victoire par KO à l’aide de son crochet droit. Sans surprise, Santillan était déclaré largement vainqueur par décision unanime (99-91 et deux fois 100-90).

 

 

Laisser un commentaire