DURE DÉFAITE POUR NORDINE OUBAALI QUI PERD SA CEINTURE WBC DES COQS FACE À UN GRAND NONITO DONAIRE

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Grosse désillusion pour nous, français, dans la nuit de samedi à dimanche, au Dignity Health Sports Park de Carson, en Californie. Alors qu’il défendait pour la troisième fois (à l’étranger encore !) sa ceinture WBC des poids coqs, notre champion français Nordine Oubaali (17-1, 12 KO) a subi une lourde défaite des mains de la légende philippine Nonito Donaire (41-6, 27 KO) par KO à la 4ème reprise.

Cela avait pourtant bien commencé pour Nordine Oubaali qui, comme à son habitude, avait pris le combat à son compte et imposait son rythme dans les premiers rounds, se montrant plus rapide et un peu plus efficace que son adversaire. C’est lorsqu’il va commettre une première erreur que le combat va basculer, dans le 3ème round, il se laisse coincer dans les cordes par le philippin qui en profite avec un court et rapide crochet du gauche après un échange de coups pour toucher le français et l’envoyer au tapis pour la première fois. Nordine se relève mais est dominé et se fait nettement toucher à plusieurs reprises jusqu’à la fin du round, par un Donaire qui semble-t-il n’attendait que ça et a trouvé la faille, sans toutefois se précipiter. C’est encore en se faisant coincer dans les cordes que le champion est envoyé au sol pour la deuxième fois avec un magnifique crochet gauche du philippin (envoyé, j’ai l’impression, légèrement après la cloche de fin de round mais à vérifier), qui fait le tomber sec d’un coup.

Nordine Oubaali (à droite), a fait ce qu’il a pu, mais il est tombé sur un monstre, une légende de la boxe | AFP / Patrick T. FALLON

Notre champion français se relève, mais ce round 3 où il est allé 2 fois au tapis lui a fait très mal, et alors qu’il tente de reprendre le combat à son compte en tente de réimposer son rythme, il est touché nettement par plusieurs gros crochets de Donaire qui reste minutieux et méthodique, sans jamais se précipiter mais toujours terriblement efficace. Et c’est encore dans une séquence où il est coincé dans les cordes où un dernier enchaînement de crochets gauche-droite-gauche lui sera fatal. Nordine Oubaali va au sol pour la 3ème et dernière fois du combat, il ne se relèvera plus.

Nordine Oubaali est et restera un immense champion

Terrible défaite pour Nordine Oubaali, qui perd donc sa ceinture WBC des poids coqs, mais qui n’enlèvera en rien tout ce qu’il a accompli jusqu’ici. Devenir champion du monde aux Etats-Unis face à un américain, défendre son titre 3 fois à l’étranger dont une fois face à un japonais chez lui au Japon, tant de performances qui font que Nordine Oubaali est et restera un très grand champion. Et ce n’est pas fini, parce qu’une défaire, aussi décisive soit-elle, ne signifie pas l’arrêt d’une carrière, et avec le talent et la hargne qu’il a, Nordine Oubaali n’a pas dit son dernier mot.

À noter aussi le peu de communication des médias, qu’ils soient généralistes ou même sportifs, pour un combat de cette envergure, alors qu’aux Etats-Unis ça a créé un petit évènement quand même. Un français qui défend son titre mondial à l’étranger face à une légende de la boxe, personne n’en parle, je ne vois pas ce qu’il leur faut de plus, mais c’est quand même triste.

Nonito Donaire, la légende aux 20 ans de carrière 

Enfin, même si nous parlons beaucoup de Nordine, tirons notre chapeau à cette légende de la boxe qu’est Nonito Donaire, qui devient une nouvelle fois champion du monde à 38 ans, un an et demi après cette guerre et cette défaite face à Naoya Inoue qui, on le croyait alors, aurait pu mettre un terme à sa carrière. Mais comme il l’a fait tout au long de son immense et sublime carrière, Nonito Donaire s’est relevé pour parvenir au sommet de sa catégorie une nouvelle fois. On ne peut que saluer et être admiratif.

Un peu plus tôt dans la carte, chez les super-légers, le portoricain Subrel Matias (17-1, 17 KO) s’est une nouvelle fois imposé avant la limite après l’abandon à l’appel du 9ème round de son adversaire, le kazakh Batyrzhan Jukembayev (18-1, 14 KO), ce dernier ayant visité le tapis déjà lors de la 4ème reprise.

Toujours chez les super-légers, l’américain Gary Antuanne Russell s’est également imposé par abandon du coin de l’adversaire après la 6ème reprise, face au portoricain Jovanie Santiago (14-2-1, 10 KO).

Hugo BRUN

Laisser un commentaire