Bakary Samake, Espoir Français

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Torcy, Mai 2021 à l’IBC. Sous le regard attentif du père Issa, Bakary s’entraine dur. Silencieux et assidu, il connait sa routine, il écoute et applique. Plus d’un an sans boxer, il entame le prochain mois ses débuts pros avec 3 combats de prévus au Luxembourg et en Belgique. Un calendrier rempli pour ce jeune loup ambitieux. Bakary Samake a faim et il se donne les moyens pour atteindre ses ambitions.

Pendant cette période d’arrêt forcé pour les amateurs, Bakary a choisi de se tourner vers le monde des rémunérés. Il a entamé une transformation physique, mais surtout pugilistique. Travail de force, vissage des coups, changement de rythme, style plus posé, contre et beaucoup de brutalité dans ses attaques… Il respire la boxe, il est acharné et perfectionniste. Conscient de la concurrence chez les Super-Welters, il ne mâche pas ses mots et vient pour tout arracher.


BoxeNet: Peux-tu te présenter aux lecteurs BoxeNet ?
Je m’appelle Bakary Samake, j’ai 17 ans et je pratique la boxe depuis que j’ai 8 ans. J’ai toujours été très sportif durant ma jeunesse, j’ai fait du foot, du basket-ball, de la natation, du hockey sur glace, etc… Comme je n’ai jamais été très sociable à l’ école, mon père m’a inscrit à la salle de boxe de Noisy Le Grand. J’ai commencé à m’intégrer au groupe, à me sociabiliser et je me suis vite sentit à l’aise. La boxe et moi ça a très vite marché et depuis c’est devenue une passion.
J’ai fait une centaine de combats éducatif, quasiment que des victoires. À mes 12 ans je suis passé amateur et j’ai fait une trentaine de combats. J’ai été champion de France minime et vice champion de France cadet. En Junior j’ai très peu boxé à cause du covid. J’aurais voulu participer aux championnats de France Junior mais ce fut une année morte pour les compétitions. Du coup j’ai pris la trajectoire du monde professionnel.

BN: Pourquoi si tôt ? Sans passer par les senior dans les rangs amateurs.
J’aurais pu les faire cette année 2021, mais ça ne servait a rien vis à vis de notre projet. On a voulu profiter de ce temps morts pour s’y consacrer totalement et travailler chaque facette pour les rangs pros.

BN: Quel est ce projet ?
Nous voulons faire un maximum de combats pro, acquérir de l’expérience, combattre partout où ce sera possible, faire des stages à l’étranger, et devenir le meilleur de ma catégorie. On veut obtenir une chance au titre mondial vers mes 20 ans. On vise très loin, rapidement.

BN: Souhaites-tu passer par les championnats de France ?
Tout va dépendre de nos opportunités. Si j’ai rapidement une opportunité pour quitter la France et faire carrière aux États Unis par exemple, je ne raterais pas cette opportunité. Mais si elle ne se présente pas de suite, oui bien sûr on passera par la ceinture de Champion de France.

BN: Quelle a été ton déclic pour passer pro si jeune ?
À cause de la crise sanitaire. Ça fait déjà plus d’un an que je n’ai pas boxé ! (frustration). J’avais vraiment hâte et je voyais pas mal de pros combattre durant cette période de Covid. J’ai repensé mes objectifs, je me suis remis en question sur mon style de boxe, je me suis dit que je n’avais pas du tout une boxe amateur… Ça ne servait à rien de continuer sur cette voie là et perdre 1 ou deux ans sans compétition. Mon père et moi nous n’avons jamais lâché l’entrainement durant cette période. Du coup on a choisi d’utiliser ces longs mois pour transiter mon physique et mon style en vue de devenir professionnel.


BN: Comment avez vous effectué cette transition ?
En amateur, il faut énormément débiter, il y a peu de préparation d’attaque, de la suractivité… Et moi ça n’est pas ma boxe, j’ai une boxe posée. On a beaucoup travaillé sur l’expressivité, mettre des frappes précises, puissantes, visser d’avantage les coups et prendre son temps. J’ai vraiment mangé ça tous les jours pendant cette pandémie. Aujourd’hui je peux dire que je suis prêt pour la guerre !

BN: Quel est ton style de boxe et de qui t’inspires-tu ?
Sur le ring je boxe principalement en contre mais je suis assez polyvalent. Je travaille beaucoup avec mon bras avant, en défense et en explosivité en même temps. En amateur ce qui n’allait pas c’est que je devais me précipiter, je ne pouvais pas poser mon style, prendre mon temps. Je n’étais pas à l’aise et je sens que mon passage en pro va vraiment libérer cette frustration.
Aujourd’hui je m’inspire beaucoup de Jason Ennis qui représente pour moi LE Noble Art des temps modernes. Sinon j’aime beaucoup Floyd Mayweather, Canelo Alvarez, et Muhammad Ali.

BN: Qui t’entoure pour démarrer ta carrière pro ?
Principalement mon père, il est très investi dans ma carrière. C’est vraiment lui qui est là depuis le début, qui me pousse, qui trouve les contacts pour que je puisse boxer, avant même mes 18 ans ! Et j’ai également deux préparateurs physiques dans mon équipe.

BN: Il y a beaucoup de concurrence dans ta catégorie que ce soit en amateur, en pro, au niveau national comme international. Qu’est ce qui fera la différence avec Bakary Samake ?
Franchement je suis en pleine confiance. Je m’entraine dur et chaque jour qui passe je vois mon évolution. Je suis encore très jeune et j’ai du temps devant moi que je vais pleinement exploiter. Dans quelques années ça va faire très mal, j’arrive fort.

BN: Tu fais très Américain, de par ton style et ton attitude. Comment as tu développé cette image ?
C’est vraiment naturel, c’est une ambiance dans laquelle j’ai grandi depuis mon plus jeune âge. Mon père et moi sommes partis aux Etats Unis à plusieurs reprises. On allait s’entrainer dans les salles là-bas et c’est un monde différent et fascinant. Les States c’est pour nous l’exemple. La mentalité n’est pas la même qu’en France et c’est dommage car on a beaucoup de talents mais qui n’arrivent pas à se révéler au grand public. La boxe en France ne m’inspire pas, les États Unis c’est pour nous un objectif.

BN: Comment ressens-tu ta popularité sur les réseaux sociaux ?
C’est tout récent pour moi, je n’ai jamais été sur les réseaux avant. Et pendant le confinement ma petite amie m’a conseillée d’ouvrir un compte instagram afin de montrer mes compétences pugilistique. Et dès la première vidéo ça à cartonné. Depuis ça ne fait que grimper. C’est un vrai plus dans une carrière de boxe que d’avoir de la visibilité !

BN: Est-ce que cela t’ impose des responsabilités ?
Forcément ! Il y a des gens partout dans le monde qui me suivent, j’ai donc une image à tenir. Ce soutien me donne de la force et me fait vraiment plaisir. Je leur fait vivre mon quotidien de boxeur. Mon train de vie c’est manger, dormir et vivre boxe et c’est tout ce que j’essaie de leur montrer sur les réseaux sociaux.

BN: Comment te sens-tu pour ton prochain combat ? Stressé ?
Non pas du tout, je me sens vraiment bien, serein. Il faut juste que j’impressionne sur le ring. Je suis extrêmement confiant en moi car j’ai fait une énorme préparation pour ce passage en pros. Notamment des mises de gants contre de nombreux talents amateurs ou pros de très haut niveau, et je n’ai pas eu à rougir de mes prestations. Je suis plus que prêt !

BN: Quel rythme vas tu t’imposer en pro ? Tu a déjà un gros calendrier pour juin.
Franchement, nous n’en avons pas encore parlé précisément. Mais moi je suis mon père et le principal pour nous ça va être de prendre rapidement un maximum d’expérience.

BN: Un petit mot pour tes prochains spectateurs ?
Merci à vous pour ce soutien et pour la force que vous me procurez, on vous annonce du lourd sur le ring prochainement. J’arrive fort, soyez au rendez-vous !

Bakary Samake montera sur le ring le 5, 12 et 26 juin ainsi que le 17 juillet 2021 au Luxembourg et en Belgique.

Photos Vincent Fenech

Laisser un commentaire