Photos : Milan Prat se prépare pour Abass. Le titre EBU en jeu !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

C’est officiel, Milan Prat (17-0,14 KO) affrontera l’Allemand Abass Baraou (12-1-0, 8 KO) le 19 novembre prochain pour le titre Européen EBU des Super Welters. Le combat sera en sous-carte du championnat du monde WBA entre Goulamirian et Egorov au Cannet (06110).

Multiple médaillé amateur, classé  8ème IBF, 14ème WBA et 21ème WBC en professionnel, l’Allemand viendra armé de son bagage amateur et de ses atouts techniques. Il représente l’adversaire le plus dangereux que Milan ait eu à affronter dans les rangs professionnels.

Pour Milan, l’enjeu est triple. La ceinture EBU, l’entrée dans le top 15 de 3 fédérations majeurs et confirmer qu’il peut se frotter au gratin mondial pour prétendre à un titre majeur dans l’une des catégorie les plus garnis au monde.

Photo Vincent Fenech 

BoxeNet : Quelle a été ta réaction quand tu as appris que tu étais co-challenger EBU ?

Ce fut un moment de joie même si nous nous y attendions. Nous savions que Jama Saidi (ancien co-challenger) allait se retirer et qu’on allait prendre sa place pour le titre. Je me suis vite focalisé et remis au travail !

BN: Que penses-tu de ton adversaire Abass Baraou ?

C’est un très bon adversaire, le meilleur que j’ai eu à combattre jusqu’à maintenant. C’est un vrai top 3 Européen, il a une grosse carrière amateur. Il a été plusieurs fois champion d’Europe et médaillé de Bronze aux championnats du monde avec l’équipe Allemande. Il a un beau parcours et un bon palmarès en professionnel. C’est un adversaire à ne pas prendre à la légère. On part confiant, on va s’entrainer pour lui et on ramènera le titre le 19 novembre !

Photo Vincent Fenech 

BN : Comment se passe ta préparation ?

Actuellement je me prépare en Espagne, dans les montagnes. C’est ce que je préfère m’entrainer en altitude, je sent immédiatement les bénéfices sur ma condition physique. Je m’entraine avec mon compatriote Arsen Goulamirian, le staff anglais est sur place pour la préparation physique, et Kassa mon entraineur aussi. On manque de rien, tout est réuni pour remporter le titre.

BN : Quelle est ta stratégie pour battre l’Allemand ?

Abass c’est quelqu’un qui met du rythme. Il travail bien au corps, donc premièrement il faudra être prêt physiquement. On verra comment il boxera face à moi, mais on va tenter de le contrer dans ses moments de fougues. Les sparrings du camps seront adaptés à son style et son profil.

Photos Vincent Fenech 

BN : Tu te sens prêt à faire les douze rounds ? Abass n’a jamais posé un genou au tapis pour le moment…

On se prépare pour les 12, c’est une des raisons pour lesquelles notre camp se déroule en altitude. Maintenant l’exploit serait de le mettre KO, mais on va d’abord essayer de gagner chaque rounds, en frappant fort avec chaque coups !

BN : Ton ratio de KO est important à tes yeux ? À chaque combat de Natsuko le public s’attend désormais à un arrêt.

Si je n’obtiens pas de KO ça ne change rien pour moi. Si j’en suis la aujourd’hui c’est par ce que j’obtiens la victoire à chaque combat simplement, et c’est grâce à mon staff qui fait un travail excellent .
Arrêt ou pas ce n’est pas une finalité pour moi, l’objectif premier c’est d’arracher la victoire, et il faut savoir s’en contenter peu importe la manière.

BN : Si tu gagnes tu intègres le top 15 des fédérations IBF, WBA et WBC, une pression en plus pour toi ?

J’ai surtout tout à gagner. Il faut se dire que c’est un être humain comme un autre, il a deux bras, deux jambes, une tête et rien de plus. Maintenant c’est sur que l’enjeu est différent, il est bien plus grand c’est ce qui rajoute un peu de pression mais ça reste un combat de boxe.

Photos Vincent Fenech 

BN : C’est quoi la suite si tu gagne la ceinture EBU ?

Pour moi chaque combat avant le championnat du monde, ce ne sont que des étapes à franchir. Mon objectif et mes ambitions ne se limitent pas à être champion d’Europe. Si je suis victorieux on fera en sorte de grimper dans les fédérations pour obtenir cette chance au titre.

BN : Tu te sens prêt à affronter le gratin mondial juste après ?

Bien sur, Abass c’est déjà le top 15 mondial. On devra forcément passer par le top 5 pour le titre, que ce soit des gars comme Erickson Lubin, Tony Harrison ou autre, à la fin ce ne sont que des combats de boxe. Certes on mets notre santé en jeux mais on se préparera pour n’importe qui ensuite. Ce qui compte c’est de se donner les moyens de réussir. Si demain je dois affronter un top 5, même chez lui, on essayera toujours de sortir vainqueur.

Photos Vincent Fenech 

BN : Un pronostique à nous donner quant à l’issue du combat ?

Je pars toujours 100% gagnant dans ma tête. Ce n’est pas de la surestimation, je ne peux juste pas me permettre de perdre car cela reste une étape pour moi. Je suis à fond à l’entrainement et en dehors de l’entrainement. Je vois pas pourquoi ça ne marcherais pas. Je pars confiant et je pars gagnant, je ne peux pas me permettre de perdre. Le 19 novembre j’aurais la ceinture autour de la taille.

BN : Le traditionnel mot de la fin.

Je remercie mes partenaires, Arnaut Sevin, Realites, qui sont derrière moi et me soutiennent, ils sont une des raisons de ma réussite. Je remercie mes parents et mon entourage de toujours, mon coach et mon équipe ! Je remercie les fans de boxe, le site Boxenet qui me donne de la visibilité et du soutien, tout cet engouement autour de moi commence à payer, et on ira décrocher un championnat du monde grâce à tout cela !

Photos Vincent Fenech 

Photos et article Vincent Fenech

Laisser un commentaire