La Team Solide enflamme Roland Garros

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Hier soir sur le court central Philippe Chatrier à Roland Garros, Mathieu Bauderlique, Tony Yoka et Souleymane Cissokho sont sortis victorieux avant la limite de leurs combats respectifs. 

L’ombre de Jean Paul Belmondo planait sur Roland Garros hier soir, une loge portera son nom, une première pour un non sportif dans ce mythique stade.  Emmanuel Macron le Président de la République, Pascal Obispo, Yannick Noah, Cyril Hanouna, des personnalités du monde de la politique, du showbiz et des affaires, cela faisait des lustres qu’un gala de boxe n’avait attiré autant de célébrités. Tony Yoka sur un ring à Paris ou ailleurs en province et la boxe  retrouve  son lustre d’antan. Le champion olympique des super-lourds est incontestablement la locomotive du noble art Français, le seul boxeur Français qui puisse aujourd’hui drainer autant de monde dans un gala de boxe.   

Hier soir il était opposé au Croate Petar Milas dans un duel de poids lourds invaincus, un adversaire qui se révèlera déroutant par sa boxe atypique et ses qualités d’encaisseur. 

 Petar Milas a crânement tenté sa chance en essayant de rentrer dans Tony Yoka, le champion Français concentré et la garde bien haute  ne s’est pas laissé piéger, patient, il a attendu les ouvertures pour placer sa droite. Milas changeait de garde, baissait les mains et sautillait avant de rentrer pour tenter de surprendre Tony Yoka. L’imprévisible Croate pouvait être dangereux avec ses coups de boutoir donnés en avançant, sa mobilité le rendait difficile à cadrer. Le Français a franchi un palier dans la gestion de ses efforts, chaque action, chaque coup, est délivré avec une recherche d’efficacité maximale. Très peu de déchets dans sa boxe aujourd’hui, Milas s’en est rapidement rendu compte quand il a gouté à ses premières frappes. Le Croate a tenté un peu de provocation, Yoka est resté dans son combat pour le saper méthodiquement round après round. Après cinq reprises, Petar Milas était devenu moins fringant, la bouche entrouverte, les lourdes et précises frappes du champion olympique l’avaient sérieusement entamé. Au 6eme round, Tony Yoka délivrait une magnifique droite à la face, Milas encaissait sans broncher. T. Yoka contrait avec un crochet gauche et il enchainait avec sa droite au 7eme et Milas allait au tapis. Le Français ne ratait pas l’occasion de conclure, une salve de coups puis un coup bien senti en bas et Milas s’affalait assis dans son coin. L’arbitre le comptait une seconde fois avant de sagement l’arrêter. 

Mathieu Bauderlique est devenu champion d’Europe des poids mi-lourd en battant le Russe Igo Mikhalkin à l’appel de de la 8eme reprise. Le champion Russe vainqueur par le passé de trois boxeurs tricolores pour ce même titre européen a du s’avouer vaincu, touché durement sur le coté gauche du visage, peut être une fracture,  et physiquement au bout du rouleau.   

Mikhalkin est un maitre à boxer et le coin du Français exhortait son boxeur à lui rentrer dedans tout en restant vigilant.  Quand M. Bauderlique prenait les initiatives et déclenchait son bras avant puis son direct du bras arrière, le Russe était en danger mais le nordiste a éprouver quelques difficultés pour trouver sa distance et ses coups pourtant d’une redoutable efficacité sont parfois arrivés en bout de course. Igor Mikhalkin cherchait à imposer son rythme et à « endormir » son rival pour marquer ses points et engranger les reprises à son compte mais  l’expérimenté Mohamed Nichane  rappelait à l’ordre son poulain. Au 6eme round, le champion Russe portait bien ses 36 ans, l’œil droit marqué, il semblait essoufflé et éprouvé par les gros crochets gauche de Mathieu Bauderlique. Une reprise plus tard, il signifiait à son coin qu’il n’en pouvait plus…

Souleymane Cissokho a défendu victorieusement  sa ceinture WBA Inter-continental des poids super-welters en donnant une leçon de boxe réaliste au coriace Russe Ismail Iliev, battu par arrêt de son coin à l’appel de la 5eme round. 

Arrivé sur le ring sous un tonnerre d’acclamations, le capitaine de la Team Solide a livré un récital pendant quatre rounds. Souleymane Cissokho anticipait chacune des offensives de son rival pour systématiquement déclencher avant lui et le toucher à chaque fois, du grand art ! En doublant et variant les zones de frappe avec son jab, S. Cissokho s’est créé des ouvertures pour placer sa droite et ses crochets. Au 4eme round, I. Iliev passait à l’offensive mais Souleymane Cissokho le contrait et l’envoyait au tapis avec une magnifique droite à la mâchoire. Ismail Iliev était profondément coupé à l’arcade gauche et son coin le stoppait lors da la minute de repos. Le talentueux Souleymane espère maintenant avoir l’opportunité de rencontrer un poids super-welters classé parmi les 10 premiers mondiaux.  

Trois autres combats professionnels figuraient au programme

En poids super-légers, le Turc Volkan Gokcek a battu Kaoussou Cisse par arrêt de l’arbitre au 4eme round après l’avoir fait compté trois fois sur un coup au foie.

En poids lourd, l’Ukrainien Vladyslav Sirenko a mis KO en moins d’un round le vétéran Russe Aleksandr Ustinov. Sirenko a envoyé un terrible crochet droit à la mâchoire d’Ustinov qui s’est écroulé de tout son long sur la bâche.   

En poids super-légers, le Monégasque Hugo Micallef  a battu aux points (40-36, 40-36, 40-36)  l’Argentin Ezequiel Gregores.

 

Photos Pierre GIROD 

 

Laisser un commentaire