Fury met KO Wilder au terme d’un combat d’anthologie

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Encore une fois, quel grand combat et quel moment nous ont offert Fury et Wilder ! Ce samedi soir à la T-Mobile Arena de Las Vegas, à l’issue d’un combat dont on se souviendra longtemps, Tyson Fury (31-0-1, 22 KO) a conservé sa ceinture de champion WBC des poids lourds en battant l’américain Deontay Wilder (42-2-1, 41 KO) par KO au 11ème round. Dans ce qui était probablement le meilleur affrontement de cette trilogie qui restera dans l’histoire des poids lourds, les deux boxeurs sont allés au tapis à deux reprises chacun. Fury est allé au sol deux fois au 4ème round suite au direct du bras arrière de Wilder, qui a déjà fait tant de dégâts par le passé, tandis que Wilder est tombé au 3ème round suite à un gros crochet du droit du britannique, puis à la 10ème reprise après un autre crochet du droit, avant de s’effondrer littéralement au 11ème round.

Le combat a commencé plutôt tranquillement dans les deux premiers rounds avec un Wilder beaucoup plus actif qu’à son habitude, envoyant de nombreux coups au corps notamment, voulant imposer son rythme et avançant continuellement. De son côté, Tyson Fury semblait très serein, esquivant les coups de l’américain avec facilité et le touchant même nettement sur quelques beaux contres. Viens alors le 3ème round où Fury envoya l’ancien champion du monde au tapis, dominant alors clairement physiquement son adversaire, comme il l’avait fait lors du deuxième combat. Mais Wilder a montré énormément de courage et de cœur dans cet affrontement, et grâce à son punch légendaire il est revenu dans le combat au 4ème round en faisant tomber son adversaire deux fois.

Wilder a repoussé ses limites

À partir de là, c’était très tendu jusqu’au bout, et on a senti que les deux boxeurs ne tenaient qu’à un fil et qu’il suffisait d’un gros coup pour que l’un ou l’autre vacille. Chaque coup précis faisait exploser la foule, qui était à fond durant ce combat. Mais, à partir de la 7ème reprise, Deontay Wilder semblait très marqué physiquement, ne pouvant plus réagir aux assauts du britannique, et manquant clairement de clairvoyance. Mais, profitant du fait que Fury se jette vers lui, pour tenter de finir le combat, quelques coups nets et précis envoyés par Wilder en fin de chaque round lui permettaient de tenir un peu plus. Le médecin était appelé entre chaque reprise pour vérifier l’état physique de l’américain, qui a tenu jusqu’au bout, jusqu’à la rupture, repoussant ses limites et montrant un courage incroyable (voire trop de courage). Fury a finalement envoyé une 3ème fois l’américain au tapis dans ce 11ème round, qui est tombé KO aussi sec et ne pouvait plus se relever.

Magnifique victoire du britannique donc au terme d’un combat totalement fou, où Wilder a montré son cœur de champion après une défaite bien plus dure et décisive lors de leur deuxième affrontement, et où Fury a montré une nouvelle fois qu’il était le roi de cette catégorie des poids lourds. Il a dominé de la tête et des épaules ce combat, montrant une nouvelle fois sa capacité à résister aux coups et à se remettre de plusieurs voyages au tapis, et montrant également sa domination totale, à la fois en défense dans ses esquives, ou en attaque malgré sa difficulté à terminer le combat dans les derniers rounds.

Maintenant, quelle est la suite pour Fury ? On sait qu’il veut unifier toutes les ceintures de cette catégorie. Il lui manque donc les ceintures WBA, WBO et IBF, qui appartiennent désormais à l’ukrainien Oleksandr Usyk. Un combat qui serait extrêmement intéressant à voir, mais Usyk va d’abord devoir accorder une revanche à l’ancien champion Anthony Joshua. Dans ce cas-là, Fury devrait défendre sa ceinture face à son actuel challenger obligatoire, Dillian Whyte.

Quant à Wilder, il a été transporté à l’hôpital directement après le combat par mesures de précaution. Il était bien marqué et ébranlé dans les derniers rounds et même dans les minutes après le combat, on espère qu’il va vite se rétablir.

Ajagba tombe, Helenius devient challenger mondial

Mais il n’y avait pas que ce choc entre Fury et Wilder ce samedi soir à Las Vegas, puisque la soirée comportait une très grosse carte de poids lourds. Notamment ce choc d’espoirs invaincus entre le puncher nigérian Efe Ajagba (15-1, 12 KO) et le cubain Frank Sanchez (19-0, 13 KO), et c’était plutôt une grosse surprise puisqu’Ajagba, l’un des plus gros espoirs actuels chez les lourds, a subi sa première défaite par décision unanime (98-91, 98-91, 97-92). Une défaite totalement logique, puisqu’Ajabga a été totalement dominé, allant même au tapis à la 7ème reprise, et n’a strictement rien montré d’intéressant durant ce combat, étant annihilé par son adversaire. Un adversaire qui, s’il a dominé entièrement cet affrontement, n’a pas non plus été incroyable, et il semble compliqué d’imaginer un futur à ces deux boxeurs face aux plus gros noms de la catégorie.

Toujours chez les lourds, le vétéran finlandais Robert Helenius (31-3, 19 KO) a une nouvelle fois battu le polonais Adam Kownacki (20-2, 15 KO), plus d’un an et demi après l’avoir stoppé au 4ème round. Cette fois-ci, le polonais a été disqualifié à la 6ème reprise pour des coups bas répétitifs, mais là encore c’était un affrontement à sens unique, Kownacki subissant pendant tout le combat, ayant même l’œil gauche bien fermé dès le premier round. Robert Helenius, malgré ses 37 ans, a livré une très bonne performance, n’ayant pas vraiment été inquiété et se servant de son allonge et sa taille pour complètement dominer son adversaire. Le finlandais devient donc challenger officiel pour la ceinture WBA d’Oleksandr Usyk, ce qui devrait être bien plus compliqué pour Helenius.

Anderson et Berlanga restent invaincus

Du côté des jeunes espoirs cette fois-ci, le phénomène Jared Anderson (10-0, 10 KO), invaincu poids lourd de 21 ans, a encore une fois montré son grand talent en battant rapidement le russe Vladimir Tereshkin (22-1-1, 12 KO), par arrêt de l’arbitre à la seconde reprise. Une nouvelle démonstration de la part du Big Baby, qui malgré son jeune âge commence à faire beaucoup parler de lui et se hisse petit à petit dans le haut de la division. Un nom à suivre assurément.

Un autre jeune espoir américain très scruté était en action ce soir, chez les super-moyens cette fois-ci. Il s’agit d’Edgar Berlanga (18-0, 16 KO), qui a battu par décision unanime (96-93, 96-93, 96-93) l’argentin Mauricio Esteban Coceres (30-3-1, 16 KO). Il s’agissait probablement du plus gros défi auquel Berlanga a dû faire face jusqu’ici, l’américain ayant même visité le tapis à la 9ème reprise. Plus de peur que de mal finalement, mais on n’avait jamais vu l’espoir des super-moyens autant en difficulté, lui qui était plutôt habitué à des victoires faciles et spectaculaires.

Enfin, l’ancien champion du monde des super-welters Julian Williams (27-3-1, 7 KO), qui revenait sur les rings pour la première fois depuis la perte de ses ceintures mondiale, a perdu par décision partagée (94-96, 96-94, 97-93) face à Vladimir Hernandez (13-4, 6 KO). Cette défaite est plutôt une grosse surprise, Williams souhaitant se relancer vers les sommets de sa division avec ce combat doit essuyer une nouvelle défaite, tandis qu’Hernandez, qu’on connaissait en France suite à sa défaite face à Souleymane Cissokho, compte ainsi sa deuxième grosse victoire après celle obtenue devant Alfredo Angulo.

Hugo BRUN

Laisser un commentaire