Le FABULOUS LOURD ! ! ! !

Le Temple de la Renommée de BoxeNet
Cette section regroupe des fiches biographiques et les analyses techniques des grands noms de la boxe.
Interactive, c'est votre participation qui l'enrichit !
Avatar de l’utilisateur
Marciano
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 10018
Inscription : 30 juil. 2006, 00:43
Localisation : Savoie 73

(Voilà ce que je fais pendant mes vacances prolongées entre 2 séances de nounou ^^, alors je partage )


" La catégorie reine peine à retrouver sa gloire d'antan.
Double mètres en long, ou double mètres en large, les physiques impressionnent plus que la technique.
Pourtant, petit à petit on retrouve toute l'excitation et les incertitudes qui font d'une catégorie l'intérêt du grand publique.
Car 4 hommes se détachent du lots dans cette pauvreté ambiante.
Des aptitudes aux antipodes les uns des autres, des caractères qui les opposent également, on se retrouve avec 4 boxeurs charismatiques aux capacités pugilistes complètement différentes.

L'intérêt est là.
Lequel de ces personnages arrivera à se faire la meilleure place dans l'histoire de ce sport en imposant son style ?
Et si malgré leur capacités moindres, ces 4 là arrivaient à se faire une fenêtre de publicité en s'affrontant mutuellement à l'instar du Fabulous Four ?

Ce post est donc dédié à suivre ces 4 protagonistes jusqu'à leur fins de carrières, suivre leur histoires combats par combats, et faire le point en directe sur leur place dans cette bataille qui semble se dessiner. "

:Boxeurs:
Avatar de l’utilisateur
Marciano
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 10018
Inscription : 30 juil. 2006, 00:43
Localisation : Savoie 73

.........................................................ANTHONY "Marvelous" JOSHUA.

Image



Début de carrière :

Si Hagler avait pris la succession naturelle de la légende C.Monzon, Joshua à pris celle de la légende W.Klitschko.
Champion olympique 2012, l'anglais réussi rapidement sa conversion chez les Pros.
Il détruit tous ses adversaires, même les plus coriaces comme Kevin Johnson qu'il met en déroute en seulement 2 petits rounds.
Très vite, il récupère le titre du Commonwealth Belt puis se venge de Dilian Whyte qui l'avait mis ko en amateur.
Après seulement 15 combats, il devient champion du monde en assommant au 2ème round Martin, Charles de son prénom.
Décidément tout va très vite avec Joshua. Les KOs, l'argent, la gloire, la prise de masse...mais quel valeur donner à ce physique charismatique s'il ne bat pas la vraie légende de ces dernières années chez les lourds ?



Combat de l'année contre Klitschko :

L'opportunité se présente le 29 avril 2017.
Ce soir là c'est plus Breazeale ou Molina en face sur le ring, c'est Wladimir Klitschko, 41 ans et encore toutes ses dents. Et elles sont très longues...
L’ukrainien tente un dernier baroud d'honneur pour laver l'image de la défaite qui lui coûta la perte de ses titres. Motiver comme un jeune loup, Klitschko veux les récupérer et propose une équation que l'anglais n'a encore jamais connu. Toujours en mouvements, travail du bras avant, bras arrière en prévention, Joshua plus lourdeau que jamais semble neutralisé dans un combat toutes fois équilibré tant les 2 se connaissent et se craignent.
Mais au 5ème, le jeune Joshua trouve la solution. Il envoie Klitschko au tapis pour une première depuis 12 ans qui rappelle l'époque où Wladimir n'était pas encore Klitschko. Alors qu'on s'attend tous à revoir le Wladimir fragile qui renouvelait ses abonnements avec le tapis, il n'en fut rien. C'est chez Holyfield Production qu'il a décidé de s'engager, et inverse un round où il se prenait une monumentale fessée. C'est Joshua qui fini ce round proche de la rupture. C'est si incroyable que ce round qui rappelle les grandes heures de la catégorie reine, sera en course pour le round de l'année.
A la reprise suivante, le Bus klitschko se gare sur la face de l'anglais. Aie, ca fait mal d'après l'intéressé. Première fois chez les pros qu 'Anthony fini couché. Il parait en grand danger contre un adversaire plus expérimenté que lui, pourtant lui aussi montre un caractère de champion et ne cède pas.
Le combat tourne dans les incertitudes les plus totales, et l'émotion qu'il procure atteint son paroxysme dans le 11ème round, où Le jeune Anthony décroche une uppercut qui aurai pu lui coûter l’emprisonnement pour décapitation. Mais Klitschko est un roi qui n'accepte pas facilement la guillotine. Il tient le "cou", malgré un nouveau voyage au tapis. S'en est trop pour l'anglais qui se déchaîne tel un monstre enragé, et percute violemment Klitschko d'une nouvelle uppercut suivit d'un crochet gauche au menton qui étale les 2 mètres de l'ukrainien. La scène est triste, ce sport ne ménage pas ses légendes, mais Wladimir veux que la sienne se termine digne de sa carrière. Esquivant les dernières tempêtes, c'est debout, la tête au niveau des étoiles, que tout s'arrête. David Fields met un point finale à son histoire et ouvre celle d"AJ" à Wembley. Le roi est mort, vive le roi dit-on...
Joshua à plus apprit en un combat que dans toute sa vie, tout Wembley fête ce merveilleux moment où Anthony devient assurément "Marvelous."



Son règne en court :

Depuis, "AJ" semble prendre une philosophie plus patiente et sécuritaire sur le ring. Au grand dam de ses fans qui ne veulent pas revoir un nouveau klitschko trop calculateur pendant son règne, Anthony Joshua semble vouloir s'inspirer du "grand frère spirituel" pour mettre toutes ses chances de son coté. Avec son style plus mature, Joshua à pu ainsi dominer sans véritables dangers ses sérieux challengers que sont Takam, Parker ( où il réunit les titres ), et Povetkin.
Avec cette adversité c'est donc logiquement qu'il truste en tête de ce quatuor aujourd'hui. Il a le palmarès, les titres, et la renommée qui va avec.



Ses forces :

-Son gabarit :1M98 pour + de 110kg, ces chiffres parlent d'eux mêmes.
-Sa puissance :Avec des parpaings à la place des mains, il peut arracher n'importe quelle garde sur des combinaisons dévastatrices.
-Son intelligence : Avec une technique assez complète, il peut élaborer différentes stratégies pour faire tourner les combats à son avantage.
-Son expérience : Champion Olympique, Whyte, Klitschko, Povetkin, on peut dire que Joshua en à déjà beaucoup vu.
-Sa finition : Car oui en plus, AJ est de très loin le meilleur finisseur de cette catégorie. Autant dire qu'il vaut mieux éviter de se faire toucher.


Ses faiblesses :

-Sa relative lenteur : Sa musculature bodybuildée semble l'handicaper dans ce domaine.
-Son cardio : Sa musculature bodybuildée semble encore une fois lui pomper beaucoup d’énergie.
-Ses déplacements : Joshua semble avoir les pieds dans le béton. Ca pourrai lui poser préjudice contre un adversaire mobile.




22/05/2019
Dernière modification par Marciano le 23 mai 2019, 10:42, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Marciano
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 10018
Inscription : 30 juil. 2006, 00:43
Localisation : Savoie 73

............................................................DEONTEY "The Hitman" WILDER.

Image



Début de carrière :

Quant on regarde évoluer Deontey Wilder sur un ring, on peut rapidement oublier que ce dernier fut médaillé de bronze aux jeux olympiques de Pékin en 2008. Après avoir débuté tardivement dans la boxe pour sa fille malade, Wilder puise ses qualités dans la rage que ce sport lui permet. Rapidement on se rend compte de ses carences mais aussi des qualités physiques exceptionnelles dont il dispose.
Avec un physique de basketteur, il dénote de ce que l'on peut voir habituellement chez les lourds. Loin des petits trapus ou grands mastodontes souple comme des poteaux électriques, Wilder le longiligne est sec comme un bâton, et d'une souplesse du tronc impressionnante pour un homme de 2m01. Son physique à la "Thomas Hearns" est une première chez les lourds. Ces mensurations avantageuses sont sublimés par une explosivité incroyable pour un double mètre, ça lui a permis d'abréger ses 32 premiers combats chez les pros, tous finis par KO.
Seul problème, ces KO sont tous réalisés contre des boxeurs pas au niveau. Entre boulangers, pâtissiers, routiers ou boxeurs sur le déclins, la fiche de Wilder pose plus d’interrogations que son paraître.
Pourtant, il tente sa chance pour un titre mondiale le 1er janvier 2015, contre le champion WBC Bermane Stiverne. Las des critiques sur son niveau, des interrogations sur son punch au niveau mondial, de sa capacité à durer dans les rounds, Wilder compte faire taire toutes ces critiques par la force de ses poings. Il envoie à terre pour une première, le champion en titre au 2ème round. Mais ce dernier se laisse pas impressionner, il résiste au "Bronze Bomber " et l’emmène pour une première fois encore, à la limite es 12 rounds.
Mais c'est une victoire aux points sans équivoques pour le nouveau champion du monde qui a su proposer pour une fois de belles choses sur le ring. Les américains ont enfin un champion du monde des lourds, ce n'était plus arrivé depuis 2006, autant dire une éternité pour eux.
Alors que Wilder avait tout pour être la nouvelle super star que ce pays qui nous en as tant offert mérite, il s'engloutie dans des défenses sans intérêts pour un tel statu. Molina le roumain, puis notre français Duhaupas prévenu seulement 5 semaines avant l 'échéance, ne rassure pas les observateurs qui l'ont vu en difficultés. Ses carences se confirme contre le modeste Szpilka, avant que son incroyable punch fasse parler la foudre.
Une habitude qui malheureusement prendra forme pour le reste de sa carrière. Loin de corriger ses défauts, ces derniers semblent de plus en plus criants quand ses qualités de puncheur eux, semblent de plus en plus terrifiantes.
Arreola, Washington, et Stiverne pour une revanche, en feront les frais de manière spectaculaire. Mais le spectacle ne dupe pas les américains fins connaisseurs du noble art. Critiqué pour son opposition en "carton", Wilder ne fait pas l’humanité dans son pays à l'inverse de son grand rival Joshua idole du sien. Encore une fois le Bronze Bomber doit faire taire les critiques en prouvant qu'il est bien le digne héritier des champions du passé.
Il commence par offrir une chance au très redouté Luiz Ortiz, dit "king Kong ".
Ce gaucher cubain est une valeur sûr de la catégorie malgré son âge proche de la quarantaine. Jennings, rare boxeur à avoir poussé l'ancien monarque Klitschko à la limite, n'avait pu faire le poids face la brutesse d'Ortiz. Autant dire que c'est un sérieux client qui cette fois allait faire face à l'américain. Et comme prévu, le cubain domine le champion qui semble s’appauvrir techniquement de combats en combats. Sans solutions, il doit encore une fois son salue dans la 5ème reprise par son punch qui refroidi Ortiz. Dépasser et même complètement à la dérive dans le 7ème où King Kong sonne violemment l’américain, il frôle la correctionnelle ainsi que dans le round suivant où Wilder met en lumière des qualités encore méconnues, un menton et un cœur à toutes épreuves.
Sa condition physique impeccable lui permet de rester dangereux tout du long, et c'est avec brio qu'il refait parler son punch au 10ème round anéantissant par la même occasion, les rêves d'Ortiz de devenir le premier cubain de l'histoire à remporter un titre de champion du monde des lourds.



Wilder contre Fury, en course pour le titre de combat de l'année :

Qu'est ce qu'un combat de l'année si ce n'ai l'opposition que ce dernier propose, et l'émotion qu'il procure. Devancé par l'incroyable Canelo-Golovkin II dans cette distinction, ce Wilder-Fury aura pourtant réussi à marquer les esprits de cette année 2018 par son scénario romanesque. Fury, l'ancien roi des gitans qui avait mis un terme au règne de klitschko qui perdurai depuis presque 10 ans, tente un retour inespéré après avoir sombré entre drogues et dépressions. Wilder lui, compte sur l'aura de son adversaire pour redorer un blason bien terne malgré ses 40 victoires en autant de combats. Mais en ce 1er décembre 2018 il n'y a qu'un boxeur sur le ring. L'américain semble absent, hors sujet, dérouté par un boxeur insaisissable qu'il peine à toucher. Rarement on a vu un champion du monde des lourds autant sans solutions, pire, Wilder ressemble de plus en plus à une caricature de lui même s'enfermant dans un schémas cliché "gauche-droite" sans aucunes préparations. Sa boxe devient tellement prévisible pour un artiste comme Fury, que ce dernier même pas au top de sa forme ressemble à un adulte qui jouerai avec un enfant. Pourtant dans le pathétique, surgit le magique. Un premier avertissement dans la 9ème reprise rappelle à Tyson Fury pourquoi Wilder est invaincu. Si le Gipsy King répond montrant pourquoi lui est un roi en reconquête, c'est bien Wilder qui exécute son adversaire dans le dernier round devant les yeux incrédules de millions de spectateurs dans le monde. En croix, sacrifier sur la place publique, ce sort semble tragique pour l'histoire qui semblait s'écrire pour Fury.
Mais le miracle prend forme. Tyson Fury encore mort il y a un instant, renaît de ses cendres tel un phœnix s’élevant de nouveau au dessus de Wilder. L'américain n'y croix pas, il se fait mettre à mal dans cette fin de combat par un mort vivant jusqu'à ce que la cloche mette fin au round de l'année.
L'anglais semble avoir réussi le plus dur arrachant une décision qui semble ne pas pouvoir lui échapper. En revanche, le verdict final semble plus tranché. C'est un nul. Les fans de Wilder ne s'attendaient pas à tant, ceux de Fury soupçonnent un résultat commercial. Pourtant à regarder de plus près, on peut y voir une certaine logique. Peut-on arracher une décision dans un championnat du monde dépossédant le champion de ses titres, en se prenant 2 violents KD ?
Là est toute la question divisant aujourd’hui encore les fans du monde entier.



Aujourd'hui :

Depuis ce moment historique, Wilder divise plus que jamais. Sa technique semble très juste pour le niveau mondial, son punch lui, est du niveau intersidérale. La divine foudre le sauvant le plus souvent va t-elle cesser de tomber un jour ? Jusqu'à quand cela va t-il durer ?
Dominic Breazeale, un des meilleurs guerriers actuel et qui avait résister 7 rounds contre Joshua, semble confiant pour mettre fin à la mascarade de son compatriote américain. Il le défie en ce week-end de mi mai. Cependant cette masse géante semble une cible bien trop statique pour l'artilleur qu'est Wilder. Le Bronze bomber ne se fait pas prier et décoche véritablement un tir à balle réelle. Breazeale est séché sur le coup. Le combat n'aura même pas durer un round...
Avec cette prestation Tysonesque, Wilder remet les pendules à l'heure et rappelle à tout le monde que c'est bien lui la terreur de cette catégorie.
C'est un véritable assassin, il est bien "The Hitman".



Ses Forces :

-Son punch : Avec des poteaux EDF à la place des bras, il peut électrocuter n'importe qui sur une droite.
-Son physique : Atypique et longiligne, il en bénéficie tous les avantages d'un double mètre et ceux d'un poids lourd léger.
-Sa résistance : Doté d'un menton qui a fait ses preuves, il est aussi très résistant aux efforts répétés.
-Sa vitesse de bras : Au jour où les poids lourds cherchent surtout la force, lui semble privilégier la vitesse d’exécution pour mieux surprendre ses adversaires.


Ses faiblesses :

-Sa technique du bras avant : Inexistante.
-Sa technique du bras arrière : Téléphonée.
-Sa technique générale : Toujours en apprentissage.
-Sa technique de communication : Indigne du grand boxeur qu'il n'est pas encore.
-La technique de son coin : Sans idées.





22/05/2019
Dernière modification par Marciano le 22 mai 2019, 14:47, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Marciano
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 10018
Inscription : 30 juil. 2006, 00:43
Localisation : Savoie 73

..................................................................TYSON "Manos del Gitano" FURY.

Image



Son début de carrière :

Rarement nous aurons vu un boxeur si atypique autant dans sa boxe que dans sa personnalité que Tyson Luke Fury. Ce géant parmi les géants fait office de bête de foire à ses débuts. Railler pour son look, railler pour son style sur le ring, Fury a du mal à être pris au sérieux. Son auto-uppercut à fait le tour du monde des réseaux sociaux où il a suscité toutes sortes de moqueries en tous genres. Fury à part ses fans, peine à convaincre. En 2013 c'est du haut de ses 2m06 qu'il chute lourdement au tapis séché par Cunningham un ancien lourd léger. Si Fury a su montrer du cœur en inversant la tendance, c'est les questions sur son menton qui ne cesses d'alimenter une image déjà bien écorchée malgré son titre du Commonwealth contre le solide Dereck Chisora. En 2014, il retrouve ce dernier dans une revanche pour un titre EBU cette fois. Fury laisse place de l'image du gros maladroit, à un artiste insoupçonné. La démonstration est totale au point que le si réputé dur à cuir Chisora, se voit contraint d'abandonner à la 8ème reprise. C'est une première avancée pour Fury qui vise le titre de champion du monde avec Klitschko en ligne de mire. Ses désirs seront vite exaucés. Après une nouvelle victoire sur le roumain naturalisé allemand Christian Hammer, c'est en boxeur invaincu qu'il se dresse devant le monument devenu indestructible Wladimir Klitschko, pour les titres IBF, WBA et WBO des lourds...



De roi de la décennie à roi des gitans :

Nous sommes en 2015. Le petit frère Klitschko est devenu seul roi du monde depuis le retrait des rings de son frère Vitali en 2012. Souvent critiquer de se comporter comme un second, Wladimir a su assumer son nouveau statu d'incontestable n°1 avec brio. Engager dans des combats aux contextes compliqués, il ne craque plus comme à ses heures fragiles et laisse place à un champion qui semble avoir atteint sa plénitude. Invaincu depuis presque 12 ans ... ce Wladimir 2.0 semble être devenu invincible, contre des adversaires tous plus impuissants les uns que les autres il étend son règne de manière implacable avec le records de défenses de Joe Louis en mire.
Pourtant, à bientôt 40 ans, certains verront ses premiers signes de déclins contre le modeste Jennings où l'ukrainien orphelin depuis 3 ans du célèbre Emanuel Steward, semble s'être enfermer dans une caricature d'un schéma de boxe déjà caricatural. Mais que cela se tienne, ce n'ai pas un clown comme Fury qui pourra stopper l’ascension de Klitschko parmi les légendes dit-on.
Ce championnat du monde accentu son manque de sérieux quand Fury débarque en costume de Batman pendant la conférence de presse. Il semble plus profiter de sa mise en lumière pour faire le pitre, que faire valoir ses talents de boxeur. Normal diront ses détracteurs, puisqu'il n'a rien à proposer en matière pugiliste faut bien qu'il donne de intérêt à cette nouvelle défense routinière pour le Tsar. La côte des bookmakers est sans appels, mais Fury en attendait pas moins...
C'est un Tyson Fury heureux d'être là qui pénètre dans l'arena Düsseldorf. Décontracté comme jamais il semble refuser la pression, car l’échec suivrait une logique implacable, quant une réussite l’enverrai directement chez les géants de ce sport. Klitschko lui, pénètre sur le ring comme à son habitude, blasé par sa supériorité. Pourtant le héros des gens du voyages du monde entier le domine d'une tête pendant le face à face mais ça n'impressionne pas l'ukrainien qui en a vu d'autres. Mais dès premier coup de gong c'est une tout autre histoire. Jamais Klitschko n'avait affronté un adversaire avec des mensurations si avantageuses, jamais il n'avait affronté un adversaire qui optimisait autant ses avantages naturels, jamais il n'avait affronté un adversaire aussi fou. Provocations en tous genres, imprévisibilités dans l'action, showman en tout instant, plus la folie s'empare de Fury plus l'anglais ressemble à l'antidote parfait anti-Klitschko. Au file des rounds qui passent, Klitschko ressemble de plus en plus à un robot pré-formater incapable de gérer le Virus Fury. Il est devenu un cliché de lui même pendant que Tyson Fury ressemble de plus en plus au super héros qu'il avait voulu imiter.
C'est le dernier round. l'anglais à une avance certaine. Il lui reste 3 minutes à tenir dans son rôle pour marquer l'histoire à tout jamais. Klitschko le sait, et ne veux pas céder sa couronne aussi facilement. Il abandonne sa tenue de robotique pour laisser place à celle d'un champion qui tente le tout pour le tout pour son empire, et veux faire rompre Fury sous son joug. L'anglais semble céder petit à petit, ses fans voient leur héros proche de la rupture mais ce dernier s'accroche à ses rêves. Au coup de gong final le visage de l'ukrainien semble avoir capitulé à l'inverse de son Némésis fou, mais de joies cette fois ci. L'arbitre Tony Weeks a une grosse pression sur ses épaules, celle d'officialiser l'effondrement d'un des plus grands empire de l'histoire de ce sport, et de déclarer l’avènement d'un nouveau roi. 112-115, 111-116, 112-115. C'est fait, après avoir vu pendant une décennie les arbitres lever les mains d'acier des frères Klitschko, Tony Weeks, lève les "manos del gitano".



La chute d'hier à la renaissance d'aujourd'hui :

Après avoir soulevé un tremblement de terre qui secoua toute la planète du noble art, c'est tout naturellement que Fury est désigné boxeur de l'année. Lui a beaucoup de mal à gérer cette nouvelle vie, malgré ses plus de 110 kilos la couronne de roi des rois semble trop lourde à porter. Il monte alors rapidement à l'incroyable chiffre de 171 kg ronger par la dépression qui le pousse à s'engluer dans la drogue et alcools. Pourquoi se lever encore les matins ? Dans quel but ? Après avoir atteint l’Everest il n'y a plus rien au dessus si ce n'est le ciel étoilé qui nous attend tous. Tyson Fury pense à se suicider, cette gloire, tout cet argent, lui semble étranger à sa vie lui qui vient d'un monde modeste. Il ne se reconnait plus, et nous non plus. Il n'a plus rien d'un boxeur, avec son nouveau physique obèse ses confidences au grand publique le rendent touchant et attachant. On ne souhaite plus le revoir sur le ring, on veux juste qu'il s'en sorte.
Pourtant c'est bien par le ring que Tyson Fury annonce sa guérison. Ce qui semblait hier enterré devient réalité aujourd'hui. Fury annonce un projet aussi fou que son personnage, et déclare vouloir récupérer ce qu'il avait laissé tomber. Mais l'option Joshua laisse place très vite à celle de son ancien compagnon de trash talking , le déjanté Wilder, véritable assassin des rings.
C'est une course folle contre la montre dans laquelle se lance l'ancien roi des gitans. Perdre une cinquantaine de kilos en 6 mois et 2 combats, et récupérer des sensations oubliées. Ce projet semble suicidaire, pourtant il avait fait comprendre qu'il avait écarté cette idée. Il veut s'inspirer des plus grands comme Leonard qui avait tenté pareille folie contre Hagler.
La suite on la connait. Renaissance déjà anthologique, sa côte plus haute que jamais pousse les fans à débattre inlassablement sur sa place au sein de la hiérarchie, alors qu'il ne dispose d'aucunes des 4 ceintures existante. C'est dire, à quel point Fury a marquer les esprits. Les débats sont toujours ouvert à l'heure de ces écrits, mais la cohérence se veux aussi implacable qu'il ne peut qu'être actuellement qu'un magnifique 3ème derrière les 2 détenteurs de couronnes sacrées.
Cependant le sacre ne fait plus peur à Tyson Luke Fury, et c'est naturellement qu'on peut s'attendre à ce qu'il fasse tout pour bouleverser ce petit monde établie.



Ses forces :

-Ses mensurations : 2m06 de taille et 2m16 d'allonge, l'anglais réussi à optimiser ses avantages naturels en les exploitant à leur maximum.
-Sa défense : Bien aidé par son coup d’œil culminant à plus de 2 mètres, sa défense est solide et lui permet d'être rarement touché de plein fouet.
-Son imprévisibilité : S'appuyant sur une technique complète, il peut laisser libre court à toutes ses folies afin d'embrouiller ces adversaires.
-Son tempérament : Plus qu'un simple tacticien embrouilleur de cartes, il a déjà prouvé qu'il était aussi avant tout un formidable guerrier.


Ses faiblesses :

-Son punch : Malgré ses 115Kg ( de moyenne ) il peine à abréger ses combats, ce qui pourrai un jour lui coûter préjudice dans un sport si incertain.
-son activité : Offensivement ce n'ai pas le plus généreux, comment les juges réagiront le jour où il rencontrera un adversaire inspiré et actif ?
-Son tempérament : Si sa bipolarité lui fait pousser des ailes dans les bons jours, nous ne savons jusqu'à quel point cette dernière pourra l'handicaper dans un jour sans.





22/05/2019
Dernière modification par Marciano le 23 mai 2019, 10:43, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Marciano
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 10018
Inscription : 30 juil. 2006, 00:43
Localisation : Savoie 73

.....................................................OLEKSANDR "Sugar Ray" USYK.

Image



Son début de carrière :

" l'ami " de celui que l'on considère comme le meilleur boxeur de la planète, Vasyl Lomachenko, n'est que simple champion du monde amateur et olympique lui. Difficile de ne pas rester modeste quant on côtoie et admire un tel phénomène au quotidien. Pourtant Oleksandr Usyk né à Simferopol en Ukraine aurai tout pour se la jouer. Doté d'un physique d'apollon et d'une bleutée rare dans les yeux, il est aussi un incroyable phénomène comme il se produit rarement dans ces catégories. Le poids ne semble pas avoir d'effet sur lui. Virevoltant comme une plume il est aussi actif sur un ring qu'un poids léger, ses combinaisons sont variées et précises, ses ambitions aussi. Les titres mondiaux amateurs acquis chez les -91 kg ne lui suffise plus, et c'est dans la saison 3 WSB qu'il cherche les nouveaux défis pour y affronter un certain Joe Joyce.
La prise de risque est totale, tant l'anglais futur vice champion olympique chez les +91kg est un vrai poids lourd imposant avec son double mètre sculpté dans la fonte. Pourtant après quelques petites alertes Usyk prend vite la mesure de son adversaire et déroule comme s'il était un poisson dans l'eau. Le monde de la boxe est prévenu, il existe dans les grosses catégories un génie qui pourrait très bien tout bouleverser.
Fin 2013 sera pour l’ukrainien l'heure de faire le grand saut chez les pros. Comme pour son compatriote et ami Lomachenko, sa reconversion se fait plus vite que la moyenne grâce à un gros bagage amateur. Après seulement 9 combats à son actif il tente déjà sa chance mondial chez les lourds légers, en défiant l'invaincu polonais Glowacki. Ce dernier n'arrive pas à suivre la cadence de son adversaire pourtant inexpérimenté chez les pro, et essuie une défaite logique aux points. Après seulement 10 combats le phénomène Usyk est déjà champion du monde, mais il ne compte pas s'en arrêter là. Après 2 nouvelles défenses victorieuses, il participe au grand tournois Mohammed Ali qui réunie les 8 meilleurs lourds légers de la planète.
Se sera son avènement mondial.



Le tournois Mohammed Ali, l’avènement d'un phénomène :

Ce tournois est une bénédiction pour le noble art en général. Au jour où le grand publique ne le comprends plus à cause des multitudes catégories, fédérations et ceintures en "carton", ce tournois montre la voie à empreinter pour retrouver sa valeur d'antan. Il permet aussi de mettre en lumière une catégorie trop mésestimer alors que la qualité est pourtant bien présente. 4 champions du monde participent à l'aventure, et pas des moindres.
En plus d'Usyk, le génie ukrainien champion WBO, Briedis un fin tacticien fait office d'autre grand favori. Le Letton a même déjà affronter des poids lourds avec succès, et c'est en confiance que le champion WBC participe à l’événement. Le champion IBF n'est autre que Gassiev, un solide puncheur russe qui avait arraché sa couronne contre son compatriote déjà légendaire, Lebedev. Enfin Dorticos, le Cubain champion WBA est connu en France pour avoir mis KO Kalenga, et est l'un des boxeurs les plus complet du circuit.
A ces 4 têtes d'affiches s'ajoute 4 noms pour compléter le tableau après une dure sélection, c'est dire la richesse de cette catégorie. Marco Huck, l'allemand ancien champion du monde est une valeur sûr. Kudryashov, la terreur russe est certainement le plus gros puncheur toutes catégories confondues. Mike Perez, ancien poids lourds de qualités. Ce gaucher cubain tente sa chance en dessous pour réaliser ses rêves de sacre mondial. Enfin Wlodarczyk, le guerrier polonais ancien champion du monde lui aussi est peut-être le plus expérimenté des 8.
Le tournois peu commencer !!! Les 2 grands favoris que sont Briedis et Usyk se qualifient pour le prochain tour ( en battant Perez pour le 1er, et Huck pour le 2ème ), avec des victoires aux points qui les envoient en demi pour confrontation qui a déjà des airs de finale. De leur côtés, Dorticos et Gassiev réussissent 2 KO aussi spectaculaires qu'expéditifs ( contre Kudryashov pour le cubain, et Wlodarczyk pour le russe ), qui les qualifient pour une demi-finale qui sent la poudre. Et çà ne loupe pas. Alors que dans la première demi finale la tactique pris le pas sur la folie, cette autre demi finale tient toutes ses promesses. En fait, c'est Gassiev qui marque les esprits. Le jeune russe de 25 semble avoir progresser, sa défense est solide, comme son menton. Ses frappes sont variées et surpuissante, son sang froid caractérise son gain en maturité. Le Cubain Dorticos fera preuve de courage face un adversaire qui le laisse sans solutions. Le russe démantèle petit à petit son adversaire, jusqu'au dernier round où il fait tomber la sentence avec une brutalité étonnante. C'est dans l'un des combats de l'année donc, que Murat Gassiev se qualifie en frappant les esprits où il rejoindra pour la grande finale, Aleksandr Usyk gagnant de son côté de manière beaucoup moins punchy.
Le force tranquille ou la virtuosité ? L'affiche semble alléchante, le contexte beaucoup moins. A une époque où russes et ukrainiens ne font pas bon ménage, heureusement les 2 athlètes ne tombent pas dans ce contexte malsains au grand dam de certains. A l'inverse même, les 2 finalistes font peuvent de respect mutuel comme une leçon de vie. Des styles opposés mais d'une égale sympathie, on a envie que les deux réussissent à briller dans cette ultime étape. Pourtant, seul un homme s'attirera toute la lumière sur lui, l'incroyable Aleksandr Usyk prend des airs de Sugar Ray et vole sur cette finale. Sa domination sur la terreur russe ressemble même à une humiliation, le résultat des juges sera sans appels. Difficile même d’offrir un round au sympathique Gassiev. Usyk aura plané sur un tournois pourtant relevé, mais désormais il est seul, seul au sommet d'une catégorie qui n'est pas encore le sommet du monde.
C'est donc en levant la tête vers le plus haut sommet qu'Alecksander "Sugar Ray " Usyk continue son ascension magnifique vers la catégorie des lourds.



Aujourd'hui sur les traces d'Holyfield :

Pour remettre à jour l'incroyable performance d'Usyk, il faut constater qu'il est seulement le 4ème boxeurs de l'histoire à réunir les 4 ceintures en même temps. Une performance qui ne laisse aucune place au doute, et tout ça réussi avec seulement 15 combats professionnels ! Autant dire que ce record ne sera peut-être jamais battu, surtout à une époque ou le Boxing Business empêche les meilleurs de s'affronter.
Le désormais champion WBO, WBA, WBC et IBF veut faire fructifier ses titres au moins une fois avant le grand saut. Il défend ses titres contre le surprenant Tony Bellew qui redescendant des lourds après avoir mit 2 KO consécutifs à son compatriote David Haye. L'affiche est légitime, mais la finalité sera violente. Après un début de combat équilibré, le génie ukrainien prend de plus en plus la mesure de son adversaire, et l'achève d'une droite plein menton à une minute de la fin de la 8ème reprise. Tony Bellew étalé sur la dernière corde, se prend un des KO de l'année. Usyk rappelle ainsi qu'il n'a pas que des plumes dans les gants. Avec toutes ces performances c'est logiquement qu'il remporte le titre de boxeur de l'année. Fini le temps d'être dans l'ombre de l'ami Lomachenko, aujourd'hui Alecksandr Usyk est la star mondialement reconnue que son talent mérite.
Il se sent prêt, mais pour être le digne héritier d'Holyfield qui avait également réunifier cette catégorie, il doit faire ses preuves désormais dans la catégorie reine où la couronne semble trop lourde pour les plus septiques.
A l'heure de ces lignes nous comme le 22 mai 2019, et Usyk n'a toujours pas entamé son ascension chez les lourds. Les incertitudes sont donc toujours en suspends et l'ukrainien ne peut donc qu'être dernier actuelle de cette compétition à 4 qui semble se dessiner. Certains diront que cette place est déjà bien payer, pourtant malgré une génération qui se renouvelle bien, Usyk semble déjà une des valeurs les plus sûrs de cette catégorie. Sa domination totale sur une catégorie bien plus relevée et une grosse expérience amateur, lui donne un avantage certain sur presque tous ses concurrents. De plus son gabarit bien que plus petit que la moyenne d'aujourd'hui chez les lourds, ne sera pas un handicap aussi insurmontable que pour certains poids lourds plus petits que lui. Il aura pour lui une virtuosité que l'on trouve nul part aujourd'hui chez les lourds, et si ça lui sourit il révolutionnerai à nouveau une catégorie montrant que cette virtuosité a encore sa place dans un monde de brutes.



Ses forces :

-Son rythme : Si la cadence infernale qu'il impose pendant 12 rounds à ses adversaires était déjà trop dur à suivre, alors chez les " super "lourds ...
-Sa vitesse : Déjà trop rapide chez les lourds légers, l'écart risque de se creuser dans la catégorie reine.
-Ses déplacements : Insaisissable dans la catégorie d'en dessous, il le sera encore plus chez les lourds surtout si on y ajoute sa très bonne défense.
-Sa technique : Comme déjà évoqué c'est un virtuose, les mastodontes toujours plus en quête de puissance risquent de ne pas comprendre.
-Son expérience : Champion réunifier des lourds légers chez les pros, champion du monde amateur, champion olympique, adversaire de Joe Joyce et sparing avec Klitschko, Usyk semble savoir où il met les pieds avec dans ses bagages une expérience certaine.


Ses faiblesses :

-Sa puissance : Déjà pas le plus puissant en lourd léger, qu'en sera t-il dans une catégorie jonchée de golgoths de +110kg ?
-Son gabarit : Pourtant pas le plus petit son gabarit naturel n'en reste pas moins celui d'un petit lourd, comment digérera t-il les frappes de poids lourds toujours de plus en plus puissant ?





22/05/2019
Dernière modification par Marciano le 23 mai 2019, 10:45, modifié 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
Marciano
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 10018
Inscription : 30 juil. 2006, 00:43
Localisation : Savoie 73

Avant qu'on me tombe dessus :mrgreen: , c'est après le ko de Wilder ce week-end que je me suis rendu compte comment même un boxeur limité pouvait réussir à éveiller les émotions un peu partout. Tout ça est bénéfique pour la boxe et l'air de rien on se retrouve vraiment avec 4 protagonistes charismatiques qui nous font de la publicité pour notre sport.
C'est pourquoi je me suis pris au jeu, mais en aucun cas j'explique que ces 4 là sont du niveau de l'unique Fabulous Four. Les petits clins d’œils sont juste là pour montrer qu'on a là aussi 4 "personnages" si différents les uns des autres, qu'ils se font la part belle de la vitrine pugiliste eux aussi.
Voilà pour précision car je sais bien que ce genre de longs postes sont lu en diagonale et les malentendus peuvent vite éclore. ;)
Ces gars là ramènent des nouveaux adhérents un peu plus chaque jours, c'est pourquoi un petit nouveau débarquant ici, en recherchant un peu, pourra pourquoi pas tomber sur ce poste où j'ai essayé de relater les parcourt sans partie pris.

J'espère qu'avec mes délires de "Fabulous Lourd" je porterai pas la poisse car il est impératif que sportivement ces 4 là se rencontrent pour redonner un semblant de lettres de noblesses à une catégorie qui en a vraiment besoins.
Je prendrai le temps de m'amuser à compter les points au fur à mesure que la hiérarchie évoluera.
*Mode provoc*
Donc oui le 22/05/2019 Fury n'est que 3ème pour l'instant. :twisted: :twisted:
:mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
vince13000
Boxeur vedette
Boxeur vedette
Messages : 2548
Inscription : 19 févr. 2015, 17:31

Quel boulot !!

Bravo Marciano
Avatar de l’utilisateur
overcut
Star du forum
Star du forum
Messages : 4177
Inscription : 23 mars 2016, 00:20

Ahah Marciano t es un dingue ! :Super21:
C est un super résumé ! J ai bien ri en regardant les faiblesses de wilder :lol: en te lisant on se demande comment le mec fait pour en être là.
Avatar de l’utilisateur
Marciano
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 10018
Inscription : 30 juil. 2006, 00:43
Localisation : Savoie 73

vince13000 a écrit : 22 mai 2019, 14:55 Quel boulot !!
Bravo Marciano
Takamura a écrit : 22 mai 2019, 17:42 Manos de gitanos... tu m'as plié :lol:
Très très agréable à lire un grand bravo :Super21:
overcut a écrit : 22 mai 2019, 15:26 Ahah Marciano t es un dingue ! :Super21:
C est un super résumé ! J ai bien ri en regardant les faiblesses de wilder :lol: en te lisant on se demande comment le mec fait pour en être là.
Merci les gars, oui si t'as pas compris les faiblesses de Wilder sont surtout technique :lol:, mais ça ne fait que mettre plus en lumière ses talents de puncheur car aujourd'hui c'est clairement le plus "craint" du circuit. Je trouve que ca rend Wilder unique, comme son parcourt. On va pas se mentir, depuis le départ on est tous là à défoncer l'américain à chacune de ses sorties ( moi le premier ) mais dans la finalité c'est toujours lui qui assomme ses adversaires.

Par contre c'est marrant, c'est en écrivant que justement je suis me vraiment rendu que les chances d'Usyk de réussir sont plus élever que je ne l'espérer.
(Je pense que la foudre de Wilder sera son plus grand danger, après je vois la boxe de Joshua capable de l'emmerder un peu mais même pas sur ).
J'ai vraiment Hâte qu'il rencontre Takam pour me faire une idée. Mais pour l'instant il part 4ème c'est logique.

Si un fan de Fury passe par là je comprend par avance son désaccord sur sa place actuelle de 3ème, ca se discute tellement, mais ca me semble le plus cohérent. :MDR93:
Avatar de l’utilisateur
ragingbull
Star du forum
Star du forum
Messages : 3005
Inscription : 07 févr. 2019, 09:26

Je n’ai lu que ton passage sur Usyk, car c’est de loin mon boxeur préféré parmi les quatre, et le fait de plus le voir combattre me frustre un peu... Selon moi il n’a pas à faire partie d’un classement poids lourds, en tout cas pas encore. Mais bravo pour ton travail !
Avatar de l’utilisateur
Louisvillelip77
Gourou plein de sagesse
Gourou plein de sagesse
Messages : 9956
Inscription : 17 sept. 2018, 11:34

Tyson a écrit : 23 mai 2019, 09:12 bravo :shock:
beau boulot d'écriture, c'est agréable à lire
Marciano a écrit : 22 mai 2019, 14:45Pour remettre à jour l'incroyable performance d'Usyk, il faut constater qu'il est seulement le 3ème boxeurs de l'histoire à réunir les 4 ceintures en même temps
j'ai un doute sur les deux premiers : Terence Crawford et Bernard Hopkins ???
4 em avec Jermain Taylor !
Avatar de l’utilisateur
Marciano
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 10018
Inscription : 30 juil. 2006, 00:43
Localisation : Savoie 73

Louisvillelip77 a écrit : 23 mai 2019, 09:42
Tyson a écrit : 23 mai 2019, 09:12 bravo :shock:
beau boulot d'écriture, c'est agréable à lire
Marciano a écrit : 22 mai 2019, 14:45Pour remettre à jour l'incroyable performance d'Usyk, il faut constater qu'il est seulement le 3ème boxeurs de l'histoire à réunir les 4 ceintures en même temps
j'ai un doute sur les deux premiers : Terence Crawford et Bernard Hopkins ???
4 em avec Jermain Taylor !
Bien vu les gars j'avais zapper Crawford ! :oops:
Avatar de l’utilisateur
Rorc4L
Débutant
Messages : 45
Inscription : 10 janv. 2019, 12:09

Après avoir "simplement" battu Hopkins je crois qu'il n'a jamais défendu ses 4 ceintures.

Sinon super boulot Marciano :yaisse:
Avatar de l’utilisateur
choky
Gourou plein de sagesse
Gourou plein de sagesse
Messages : 7211
Inscription : 26 avr. 2015, 19:12

bravo marciano
usyk que j'adore reste un gros point d'interrogation pour moi contre les super lourds - il me tarde de le voir debuter
wilder - de grosses lacunes mais un des boxeurs qui m'a fait la plus forte impression au niveau punch pur depuis que je regarde de la boxe depuis les annees 70.
mais sinon il est imperaitf que ces mecs commencent vraiment a s'affronter -
malheureusement ce sera pas avant mi 2020 au mieux...
Avatar de l’utilisateur
Marciano
Légende vivante
Légende vivante
Messages : 10018
Inscription : 30 juil. 2006, 00:43
Localisation : Savoie 73

choky a écrit : 23 mai 2019, 12:28 bravo marciano
usyk que j'adore reste un gros point d'interrogation pour moi contre les super lourds - il me tarde de le voir debuter
wilder - de grosses lacunes mais un des boxeurs qui m'a fait la plus forte impression au niveau punch pur depuis que je regarde de la boxe depuis les annees 70.
mais sinon il est imperaitf que ces mecs commencent vraiment a s'affronter -
malheureusement ce sera pas avant mi 2020 au mieux...
Tu as tout résumé. Usyk c'est point d’interrogation. On doit se souvenir comme les débuts d'Holyfield était compliqué chez les lourds. Il a mis du temps à convaincre alors qu'en Lourd leger il paraissait imprenable.
Mais c'était tout de même une valeur sûr c'est pourquoi je pense qu'Usyk l'est également. Selon moi tu ne peux pas te faire rouler dessus alors que t'as survolé les débats juste en dessus. A mon avis, même en cas de défaite contre l'un des 3 autres, se sera après avoir existé dans les débats. Il donnera le change quoiqu'il arrive.

C'est pourquoi comme tu dis il doivent impérativement tous s'affronter, c'est que comme ca qu'ils redonneront un semblant de lettre de noblesse à cette catégorie. Mais après vu quelques déclarations des uns des autres, on l'impression qu'ils en n'ont conscience, par contre leur promoteurs c'est une autre histoire...
2020 au mieux...malheureusement je crois que c'est évident. De toutes façons cette année 2019 en générale est bien partie pour décevoir après 2 ans de regain de santé. :?
Répondre